• Syndicat national unitaire de l'enseignement professionnel
     

    COMMUNIQUÉ
    Paris, le 31 janvier 2017

     

    Lancement du livre
    « Valoriser l’enseignement professionnel : une exigence sociale »
     

     

    Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du livre « Valoriser l’enseignement professionnel : une exigence sociale ». Fruit du travail de chercheur-es et d’universitaires, cet ouvrage, coordonné par le SNUEP-FSU à l’issue de son colloque pour les 30 ans du bac pro, vient de paraître aux éditions Syllepse, dans la collection Comprendre et Agir en collaboration avec l’institut de recherches de la FSU.  

    Guy Brucy, Fabrice Dhume, Nico Hirtt, Prisca Kergoat, Nadia Lamamra, Fabienne Maillard, Gilles Moreau livrent ici leur contribution sur un enseignement professionnel public souvent méprisé, largement méconnu y compris par les responsables politiques, et sous-doté. Filières, spécialités, stages, alternance, apprentissage, réformes : ce petit livre lève le voile sur un lycée oublié, à la fois marqué par des discriminations de classe, de genre ou ethno-raciales, et porté par une grande vitalité pédagogique.

    Dès son origine, l'enseignement professionnel est traversé par des injonctions contradictoires : sa mission est-elle de former des citoyens ou de faire des enfants des classes populaires des ouvriers efficaces et dociles ? Cette tension entre ambition émancipatrice et intérêts économiques est aujourd'hui à l’œuvre dans tout le système éducatif, mais c'est dans la boîte noire de l'enseignement professionnel qu'elle se révèle avec le plus de brutalité. Celui-ci constitue une sorte de laboratoire invisible, que fréquentent 670 000 élèves à la rentrée 2016, soit 32 % des lycéen-nes.

    Alors qu’aujourd’hui, l’enseignement professionnel est accusé de tous les maux et est mis en concurrence avec l’apprentissage, Bernardette Groison, secrétaire générale de la FSU, rappelle dans la postface de l’ouvrage l’enjeu socio-économique majeur que constitue « la formation professionnelle et l’urgence à assurer la réussite de tous les jeunes, d’élever leur niveau de qualification et de permettre à toutes et tous de s’insérer professionnellement ou de réussir dans leur poursuite d’études. C’est aussi une question de justice sociale. » 

    Le livre est disponible au tarif de 8 euros. Pour commander ce livre :

    www.snuep.fr



    Contacts presse :
    Jérome Dammerey : 06 29 41 20 10
    Sigrid Gérardin : 06 81 61 10 24
     



  •                                                          

     

     

    Syndicat national unitaire de l'enseignement professionnel

    COMMUNIQUÉ
    Paris, le 23 janvier 2017

     

    BAC PRO GA : un peu de considération 

    pour les élèves et les professeur-es de la voie professionnelle !

    Sans même attendre le bilan en cours sur le bac pro Gestion et Administration (GA), les recteurs décident de fermer de façon autoritaire de nombreuses sections dans toutes les académies, au mépris total des collègues qui se sont investi-es fortement dans la mise en œuvre de cette nouvelle formation dont la première session n'a pas encore 2 ans ! Nombre de PLP vont donc maintenant subir les effets de ces fermetures en termes de carte scolaire voire de reconversion ! Ces décisions ne sont pas responsables et montrent encore une fois le peu de considération que peuvent avoir les recteurs quant au travail des PLP et la réussite des jeunes de lycée professionnel !

    Dès sa mise en place, le SNUEP-FSU a dénoncé les risques et les dérives fortement prévisibles du bac pro GA : référentiels déclinés en micro-tâches sans lien entre elles, disparition d'un certain nombre de savoirs dont la comptabilité, évaluation permanente, mise en œuvre complexe et sans réelle formation des enseignant-es, difficultés matérielles, perte de l'identité professionnelle des collègues de GA avec la fusion des spécialités de recrutement dans les matières professionnelles, etc...

    Dès lors et systématiquement, le SNUEP-FSU a demandé au ministère qu'un bilan objectif et indépendant soit mené sur cette filière. Mais sans attendre les résultats de ce bilan, les rectorats, partout sur le territoire, organisent la disparition progressive de cette formation, soit par fermetures de sections entières, soit par réductions drastiques de leurs capacités d'accueil. Et dans ce cadre, on est loin de toute considération pédagogique, la volonté de l'administration se tournant davantage vers des questions de gestion de flux.

    Ceci n'est pas sans poser d'évidents problèmes, que ce soit pour les parcours d'élèves vers un niveau IV ou III dans le tertiaire administratif, ou que ce soit pour les personnels qui voient fondre leurs possibilités d'affectation comme neige au soleil !

    Tant que le bilan demandé n'aura pas été mené à son terme et qu'il n'aura pas été possible d'en tirer des conclusions objectives sur les parcours d'élèves et la carrière des PLP concernés, le SNUEP-FSU exige que cessent toutes les fermetures de sections et toutes les réductions de capacités d'accueil en bac pro GA, sur tout le territoire. Il appelle l'ensemble de ses représentant-es dans les Conseils d'administration des LP et des SEP à s'opposer aux DHG proposant de telles fermetures ou réductions. 

    Le SNUEP-FSU demande à la ministre d'intervenir auprès des recteurs pour que l'ensemble de ces formations soient maintenues à la rentrée prochaine. De plus, le SNUEP-FSU demande qu'une réflexion d'ensemble soit menée au plus vite sur le secteur tertiaire administratif pour permettre réellement de répondre aux besoins de formation et de qualification des jeunes qui s'y orientent.


  • Signez et faites signer la pétition contre la fusion des bac pro commerce et vente !

     

    COMMUNIQUÉ
    Paris, le 23 novembre 2016

     

    Rénovation des bacs pro commerce et vente : de l’art du double discours ! 

    Prétendant agir dans l'intérêt des élèves, la Dgesco et l'IG tentent d'imposer un bac à deux options en lieu et place des bacs professionnels vente et commerce. En réalité cette « rénovation » va réduire le nombre d’heures d’enseignement dispensées et augmenter le nombre de CCF, telle est la réalité à venir de ce tour de passe-passe ! 

    La rénovation initiée par l'IG et la Dgesco et lancée par la CPC a suscité la réalisation d’une étude du CEREQ auprès des entreprises qui a conclu au bien-fondé de l’existence de deux champs d’emplois réellement distincts. 

    Or l'affirmation faite par l'IG et la DGESCO qu’un bac à options constitue toujours deux bacs différents et qu’il s’agit juste de reculer le moment du choix d'orientation dans l’intérêt des élèves est irrecevable et malhonnête.  

    Une fois de plus, C’est faire fi des réalités du terrain,  des conditions de travail des personnels et d'études des 90 000 élèves qui sont scolarisés dans ces deux filières.   

    Les élèves ont besoin de groupe classes stables et de temps d'enseignement suffisant pour mener à bien leur scolarité et leur projet professionnel.  

    Le rééquilibrage prétendûment recherché entre les deux options se heurtera aussi aux contraintes budgétaires et aux organisations des établissements.  Ce bac à options va avoir pour conséquence mécanique des regroupements de sections puisqu’il n’y aura plus de classes spécifiques à chaque diplôme : effectifs pléthoriques en enseignement général pour tous partout. 

    De surcroît les épreuves professionnelles ponctuelles terminales se transforment en  CCF : curieuse conception de l’allègement réclamé par une majorité d’enseignant-es et curieuse conception d’un diplôme national ! 

    Pour toutes ces raisons, nos organisations syndicales, CGT Éduc’action, Snalc, SNUEP-FSU, SUD Éducation, demandent le maintien de deux baccalauréats professionnels distincts. 


  • MUTER AVEC LE SNUEP

    C’est parti pour les mutations inter 2017 !

     

    Vous trouverez ici tout un éventail d’informations : 

    Vous souhaitez ou vous devez muter dans le cadre du mouvement inter, alors suivez ces premiers conseils :

    1. Lisez les éditions spéciales du SNUEP-FSU à télécharger ci-dessous détaillant les règles du mouvement et donnant plusieurs indications (barres d’accès par académie l’année passée, calcul du barème, calendrier des opérations, tables d’extension…)

    Journal spécial mutations inter SNUEP-SNES-SNEP

    8 pages SNUEP-FSU

     


    2. Prenez contact avec les élu-es du SNUEP-FSU Besançon le plus tôt possible pour obtenir des conseils les plus adaptés à votre situation et avoir le temps d’effectuer une modification des voeux avant la fermeture du serveur le 6 décembre à 12 h.

    Tél : 06 82 02 18 09 ou 06 81 33 08 45
    snuepbesancon@gmail.com

    3. Complétez la fiche de suivi qui vous concerne téléchargeable ci-dessous et renvoyez-la rapidement au SNUEP-FSU Besançon :

    SNUEP-FSU Besançon

    4B rue Léonard de Vinci

    25000 BESANCON 

    Cette fiche est indispensable car elle permet d’affiner les premiers conseils donnés.

    Elle permet aussi de suivre votre dossier tout au long de la procédure de contrôle par les élu-es du personnel. En effet, nous serons chargé-es de vérifier lors de GT et de la CAPN que chacune et chacun puisse bénéficier des priorités auxquelles elle ou il a droit, que chacune et chacun dispose du barème correspondant à sa situation et que chacune et chacun obtienne la meilleure affectation possible selon ses choix. Sans fiche de suivi, nous devrons faire entièrement confiance aux dires de l’administration et ne pourrons pas rectifier un barème faux lors d’un GT ou améliorer votre affectation au cours de la CAPN.

    Fiche de suivi mouvement inter

    Fiche de suivi mouvement spécifique

    Fiche de suivi DDFTP

    4. Adhérez au SNUEP-FSU afin de vous assurer un suivi prioritaire de la part des commissaires paritaires du SNUEP-FSU.

    5. Calendrier des opérations  

    Date limite de dépôt des dossiers médicaux

    Au Docteur CHOULOT

    Médecin Conseiller technique du Recteur

    Rectorat, 10 rue de la convention, 25000 Besançon 

    6 décembre 2016

    à 12 h

    Début de la saisie des vœux

    17 novembre 2016

    à 12h

    Fin de la saisie des vœux

    6 décembre 2016

    à 12h

    Envoi des confirmations dans les établissements

    6 décembre après midi

    Retour des confirmations de mutation.

    Complétez, corrigez en rouge, signez et joignez les pièces justificatives numérotées.

    Mvt INTER

    15 décembre 2016

    Poste Spécifique

    15 décembre 2016

    1er affichage des barèmes sur SIAM

    Consultez et vérifiez votre barème retenu par l’administration.

    En cas de désaccord avec l’administration, envoyez une demande de correction à la DPE3 et adressez-en une copie au SNUEP.

    Du 11 janvier

    au

    17 janvier 2017 

    Groupe de travail barème et vœux : vérification des barèmes

    19 janvier 2017

    2ème affichage  des barèmes sur SIAM

    23 au 26 janvier 2017

    GT ministériel « postes spécifiques »

    Entre le 30 janvier et

    le 3 février 2017

    Commission Administrative Paritaire Nationale d’affectation (CAPN)

    Entre le 28 février et le 10 mars 2017

     


    votre commentaire
  •                                                            
    ​Syndicat national unitaire
    de l'enseignement professionnel


    COMMUNIQUÉ
    Paris,  le 20 octobre 2016

     

    VIOLENCES AU LYCÉE PROFESSIONNEL : ETAT D’ALERTE !

    Calais, Saint-Denis, Tremblay-en-France … Toutes ces agressions d’une violence extrême ont lieu dans les lycées professionnels. Le SNUEP-FSU exprime toute sa solidarité et son soutien aux personnels et aux équipes qui y ont été confrontés.

    Le SNUEP-FSU n’a cessé d’alerter sur la baisse continue des moyens affectés à l’enseignement professionnel public : suppression de milliers de postes, fermetures de lycées, de filières, de sections, enseignant-es précaires, diminution des DHG et des moyens d’équipements … C’est cette politique menée depuis plus de 10 ans qui conduit à une dégradation continue du climat au sein de nos lycées. Les statistiques de la DEPP l’affirment : la violence au LP est  plus forte que dans tous les autres types d’établissements scolaires. En moins de 10 ans, les incidents déclarés sont passés de 15,1 pour 1000 élèves à 25,3 pour 1000  élèves !

    Si l’actualité médiatique met en avant des faits graves qui marquent l’opinion, le SNUEP-FSU rappelle la détérioration continue des conditions de travail des personnels et la situation difficile faite aux élèves qui souhaitent poursuivre une scolarité dans des conditions favorables.

    Ce n’est pas la multiplication de la vidéo-surveillance ou des portiques de sécurité  ou encore de vigiles dont a besoin l’enseignement professionnel public, mais d’un véritable plan d’urgence. Le SNUEP-FSU revendique :

    - le recrutement de PLP, titulaires et formé-es permettant de mettre en place des groupes à effectif réduit.

    - un plan de formation et de titularisation pour les personnels précaires.

    - le recrutement de personnels de vie scolaire, CPE et AED en nombre suffisant ainsi que la mise en place dans chaque établissement d’équipes pluridisciplinaires (médecins, infirmier-es, assistant-es sociaux/sociales, CPE, COPsy) au coté des enseignant-es.

    - l’établissement d’une nouvelle carte nationale des lycées de l’éducation prioritaire.

    - la diminution du temps de service des enseignant-es pour permettre la concertation des équipes et un meilleur suivi des élèves.

    En France, divers organismes et rapports ont révélé de fortes inégalités entre les élèves où l'excellence des un-es s'impose au détriment d'une relégation scolaire pour les autres. La hiérarchie imposée entre les 3 voies du lycée implique une ségrégation qui scelle les destins scolaires et professionnels des élèves. Pour le SNUEP-FSU, cette situation est inacceptable, le service public doit investir pour la réussite de tout-es. Pour cela, il est urgent de dédier des moyens importants à la voie professionnelle publique sous statut scolaire.  

    --

    Bien cordialement,
    Le secteur communication du SNUEP-FSU
    01 45 65 02 56
    06 81 04 03 56
    06 43 71 87 41


     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires